✔️ Préparer une transition

Vous envisagez ou avez décidé de vous lancer dans une transition. Vous ne savez pas par quoi commencer, vous avez une vague idée de ce qui vous attend mais vous avez beaucoup de choses en tête. Vous êtes excité’e et en même temps vous baignez dans l’appréhension (ou pas). C’est normal ! Une transition, ce n’est pas annodin.

Voici quelques idées pour vous préparer à cette odyssée dans laquelle vous vous lancez. Il s’agit de propositions basées sur mon expérience et mes connaissances de la gestion de projet, appropriez-vous ce qu’il vous plaira.

Devenez ou soyez autonome

Vous gérer vous-même

Votre transition, c’est peut-être l’un des grands projets de votre vie, peut-être le premier.

Je ne dis pas ça à la légère : soyez préparé’e à ce qui vous attend. Il faudra vous conduire au maximum de manière mature, réfléchie, et réfléchir à ses prochains coups.

On ne fait de coming out à sa famille sans avoir un plan B si ça se passe mal.

On ne se lance pas dans un traitement hormonal à vie sans avoir un minimum étudié le truc.

On ne se lance pas dans un processus coûteux en énergie et en temps si on est pas dans un contexte propice ou bien sans avoir réfléchi à des stratégies de survie.

On ne démarre pas une transition sans penser à l’après.

Quelques questions sur lesquelles vous devriez vous pencher au moins quelques minutes avant même de commencer vos premières démarches : je vous propose de prendre ces questions et d’y répondre par écrit quelque part sur votre PC.

Contexte propice

  • Suis-je dans un contexte propice pour débuter ma transition ?
  • Ai-je les ressources financières pour débuter ma transition ?
  • Que pourrait-il mal se passer ?
  • Quels sont mes risques si je m’out maintenant ?
  • Ma transition se passerait-elle mieux si j’attendais d’avoir un meilleur contexte ?
  • Si oui, qu’est-ce qui me sépare de ce « meilleur contexte » ? Quelles sont les étapes pour y arriver ?
  • Ai-je besoin d’attendre d’être dans ce meilleur contexte ?

Ai-je toutes les infos nécessaires ?

  • Quelles sont les zones d’ombre sur la transition que je compte faire ? Qu’est-ce que je ne sais pas ?.
  • Est-ce que ces connaissances qui me manquent sont bloquantes pour débuter ma transition ?
  • Ai-je des ressources / personnes renseignées à ma disposition dans le coup où j’aurais besoin d’informations complémentaires ?
  • Suis-je suffisament confiant’e dans mes connaissances pour débuter ma transition ?

Face aux autres

Durant votre parcours de transition, vous allez devoir vous confronter à un tas de gens différents : de la famille, des amis, des collègues, des médecins, des spécialistes. Vous allez être entourés de gens qui ont tous leur petite idée de ce qu’est la transidentité, ou de ce que ça doit être.

Vous devez vous préparer à ça. Il est important que vous soyez prêt’e à riposter lorsqu’on vous dira des bétises, qu’on voudra vous faire croire des choses fausses.

C’est le cas durant une transition médicale. Votre généraliste, votre psy, votre endocrinologue, votre pharmacien’ne ne sont pas forcément tous spécialistes ou même formés à avoir des patients trans.

Votre rôle, ce n’est pas de devenir vous-même médecin pour remplacer les votre. Par contre, votre rôle c’est de pouvoir avoir des connaissances suffisantes pour vérifier que la personne en face de vous ne raconte pas trop de bétises.

Par exemple, soyez sûr’e de savoir quel traitement hormonal vous souhaitez avoir avant de prendre rendez-vous chez l’endocrinologue (des guides sont dispo ici). Est-ce que vous préférez du gel ? un patch ? des injections ? Vous pouvez vous renseigner sur les avantages de chaque technique ; cela vous permettra de garder la main sur un traitement que vous allez potentiellement prendre à vie.

Les endocrinologues ont souvent peu de connaissances sur les taux hormonaux dont les personnes trans ont besoin habituellement. Transposé’e’s a des tableaux de valeurs très complets.

Organisez-vous

Faites une liste de vos besoins

Il peut être bon, au moment de se lancer dans une transition, d’avoir en tête les grandes étapes qui vous attendent, les prérequis et les prix de chacunes d’elles. Prenez un peu de temps pour vous poser ces question :

  • Quelles sont les grandes étapes de ma transition ?
  • Ai-je un plan, une date prévue pour chacune de ce étapes ?
  • Quels sont les prérequis pour que je puisse passer d’une étape à une autre ?
  • à combien se chiffrerait ma transition (en comptant les aides de la Sécu et l’ALD) ? La première année ? La seconde ?
  • Combien coûtent les opérations que je souhaite effectuer ?

Même si votre plan change au fur et à mesure, il est bon d’avoir fait ce travail en amont pour avoir des ordres de grandeur en tête.

Il est possible aussi vous que ne souhaitez pas avoir de plan en tête. C’est le cas de personnes trans non-binaires qui sont plutôt dans une quête d’une stabilité sans avoir de visibilité sur leurs besoins et leurs objectifs. Vous pouvez faire l’exercice malgré tout si vous le souhaitez !

Utilisez des outils qui vous sont adaptés pour vous organiser

Si vous êtes jeune, il est possible que vous n’ayez jamais à planifier de projet aussi imposant. Voici quelques outils qui peuvent vous servir.

S’organiser
La méthode Kanban est parfaite pour avoir une vision globable de votre transition, des tâches à accomplir et de vos besoins. Pour faire simple, vous pouvez trier des tâches en plusieurs catégories. Moi, je mets les catégories « à faire », « en cours » et « fini » par exemple. Voici un exemple de tableau kanban sur Trello.

Enregistrer ses valeurs hormonales, chiffrer vos dépenses
Vous connaissez sûrement Excel, un tableur qui fera parfaitement l’affaire pour garder dans un coin de votre PC l’évolution de vos analyses sanguines. Je vous conseille malgré tout Google Sheet qui est strictement identique à la différence que vos données seront stockées dans le cloud, et que vous n’aurez ainsi pas peur de perdre votre fichier si votre PC rend l’âme.

Mon petit outil préféré…
Notion est un service très complet qui permet de faire de la gestion de notes, de tâches, de tableaux… C’est mon petit préféré mais il faut prendre le temps de l’appréhender. Mais au moins, vous saurez que vous pourrez tout faire depuis un seul site / application !

Gardez une trace de tout

Vous avez bien compris que c’est là où je voulais en venir. C’est important pour plusieurs raisons :

  • Un changement d’état civil recquiert de présenter des « preuves » que votre transition a commencé depuis un certain temps. Pouvoir joindre à votre demande une ordonnance qui date de quelques années ne peut être que bénéfique à votre dossier.
  • Il sera plus simple de renouveler une ordonnance chez un nouveau médecin si vous lui préentez vos dernières prescriptions et bilans sanguins.
  • Vous aurez besoin de pouvoir relire ce que vous écriviez au début de votre transition pour vérifier que vous avez fait des progrès (ou pas, et dans ce cas il faudra agir).
  • Vous voudrez peut-être avoir quelques souvenirs de vos débuts de transition ?

Rangez-vous au même endroit, faites des copies, des scans, des photos. Ne perdez rien tant que vous le pouvez.

Prenez soin de vous

Ménagez-vous

La première chose que vous devez avoir en tête, c’est qu’une transition c’est beaucoup d’énergie. Votre mental va être mis à l’épreuve, et il va falloir preuve d’écoute envers votre corps pour ne pas vous épuisez et rester en puissance tout le long du parcours.

Par exemple, évitez de lancer trop de processus en même temps si vous avez peur de vous y perdre : prenez une tâche l’une après l’autre.

Gardez des traces de votre parcours

C’est une chose extraordinaire que vous allez vivre. Une expérience que peu de gens vivent, et rarement dans leur vie. Profitez à fond de tous ces moments où vous dépassez vos limites. Ces « premières fois » sont importantes, surtout en début de transition où le rythme est plus soutenu. Si vous le souhaitez, gardez une trace de ces moments de grace où vous vous raprochez de votre idéal. Par exemple, j’ai ouvert un compte Twitter où je note toutes mes « nouvelles premières fois ».

Autrement, avoir un journal intime pour faire le bilan de chaque étape de votre transition est une idée brillante. Vous allez le voir, votre rapport à la transition va changer au fur et à mesure de votre parcours, et vous oublierez peut-être l’état émotionnel dans lequel vous étiez avant. Pour pouvoir avancer, et pour célébrer le chemin accompli, prenez soin de noter quelque part vos états d’âme et vos émotions au jour le jour, sur un blog privé, sur une application dédiée ou un journal papier.

En notant les dates les plus importantes, pour pourrez aussi célébrez votre anniversaire de transition, et ça c’est cool ! (moi, j’ai décidé que ce serait le 26 janvier, date à laquelle j’ai commencé mon traitement hormonal).

Continuez à cultiver les autres facettes de votre identité

En début de transition particulièrement, il est facile de se focaliser sur votre transidentité comme unique vecteur de votre identité. C’est un travers dans lequel il est facile de tomber ; après tout, il y a de quoi à faire et à explorer !

Cependant, aussitôt les choses revenues à la normale (parce que les briques les plus importantes de votre transition seront derrière vous), il faudra bien remplir votre vie avec autre chose. Certaines personnes trans ressentent à ce moment précis un vide : « maintenant que j’ai fait ma transition, que me reste-t-il à faire ? ».

Pour cette raison, il est important de ne jamais lâcher les autres facettes de votre identité. Continuez à vous explorer comme vous l’avez toujours fait. Si vous avez besoin de changer, alors changez ! Moi, je me suis mise à la cuisine et j’ai changé de métier. J’ai fait attention à ne pas m’enfermer, mais continuer à entretenir mes autres passions.

Continuez de vous remettre en question

Vous ne signez pas de contrat. A aucun moment, personne ne pourra vous figer dans une case pour le restant de vos jours. Avec votre transition, vous allez changer, c’est inévitable et nécessaire. Ces changements vous plaisent-ils ? Ecoutez-vous régulièrement. Prenez la température, et agissez en conséquence. Peut-être avez vous besoin d’ajuster certaines choses, de changer de direction.

C’est tout à fait normal et très important. Si vous sentez que vous n’êtes plus dans la bonne direction, ce n’est pas grave, vous avez toujours le temps de vous réorienter. Vous êtes en quête de vous-même, ne vous perdez pas en chemin une nouvelle fois 😉

Soyez fier / fière de vous !

C’est bête à dire, mais les personnes trans ont tendance à vivre dans le sentiment d’imposture. Sachez-le : vous pouvez être fier / fière d’avoir accompli votre chemin, et vous pourrez l’être encore plus demain. Votre existence à elle seule est une merveille à chérire. Vous êtes fort’e et déterminé’e.

Profitez du voyage.