Introduction au passing

Introduction

Définition

Passing (n.m) : le fait d’être reconnu’e par la société, des individus, soit même, dans un genre, une classe sociale, un race sociale, etc.

Le passing est souvent le graal recherché par les personnes trans lors d’un début de transition. C’est l’objectif final, et même parfois la condition à se lancer dans une transition. On compte plus le nombre de personnes en questionnement demandant sur internet « est-ce que je passerai avec ce physique de départ ? » ou bien, si ils sont plus avancés dans leur transition, « est-ce que je passe sur cette photo ou cet enregistrement vidéo ? ».

Cet intérêt est logique : l’objectif même d’une transition c’est bien de changer la perception que la société, les individus la composant et toi-même sur ton identité sociale (ton genre / sexe).

Passing contextuel

On peut voir le passing comme un état spécifique d’une personne trans dans lequel la société nous autorise à être genrés et socialisés selon nos préférences.

Il ne s’agira donc pas d’un switch on/off. Du jour au lendemain, on ne réveille pas avec un passing.

Il s’agit plutôt d’un statut spécifique que l’on possède selon certains contextes et qui est un privilège (accordé par défaut aux personnes cis). Cependant, les personnes trans peuvent se voir retirer ce privilège à tout moment, dès l’instant où elles se retrouvent dans un contexte où elles ne passent pas.

Par exemple, je possède un passing visuel à peu près tout le temps. C’est à dire que l’on qu’on me voit, on m’appelle 99% du temps madame. Cependant, au téléphone, ma voix n’est pas travaillée alors je reçois quasi systématiquement un « monsieur » après avoir commencé à parler. Dans ce cas, je dois expliquer que je suis une femme, l’interlocuteur peut en déduire que je suis trans et je perds mon privilège.

Le passing, une performance ?

Si on revient à l’origine du besoin de passing qu’on les personnes trans, on comprend vite qu’il s’agit d’une contrainte et d’un travail supplémentaire qui nous ait demandé pour pouvoir vivre normalement.

Le genre, selon un point de vue social, peut être considéré comme une perfomance. Comme toute perfomance, elle est notée. Un homme cis, et performant correctement la masculinité, obtiendra des avantages sociaux. Un homme cis qui ne performera par correctement la masculinité perd des avantages.

Par exemple, un homme très masculin aura tendance à avoir du poids dans des décisions d’équipe, on ne lui coupera pas la parole, il sera invité aux soirées entre mecs, etc.

Au contraire, un homme peu masculin se fera plus souvent couper la parole, sera mis de côté plus souvent, aura moins de poids dans les décisions, se fera plus souvent agresser.

Pour les personnes trans, c’est la même logique. En performant correctement un genre, on gagne tous les points que collectionent les personnes cis du même genre.

En revanche, sans passing, tout peut s’écrouler : au choix l’on pourra être considéré’e comme un sous-homme ou une sous-femme, ou renvoyé à son sexe biologique, ou à une position encore inférieure.

Il est important de noter que dans des espaces ouverts d’esprit, il est possible de ne pas avoir un bon passing et de limiter la casse. Pour cette raison, je vous conseille de choisir avec précaution les milieux sociaux où vous allez vivre durant les premières années de votre transition. J’ai déménagé à Paris pour m’assurer de me retrouver dans une entreprise ouverte d’esprit vis à vis de ma transidentité.

Avoir un bon passing ou rester soi-même ?

Le passing, ou la perfomance de genre, est donc un outil de domination et d’oppression.

Dans certains cas, vous devrez vous poser la question d’où vous mettrez le curseur entre le besoin d’avoir un passing et d’être vous-même.

Par exemple, il sera plus difficile pour les personnes trans recherchant un style androgyne de se faire genrer correctement, et d’attérir dans la même catégorie que les personnes androgynes de leur sexe/genre de préférence.

C’est une question importante, parce que mettre le curseur de la performance au mauvais endroit peut devenir dangereux. N’oubliez pas que vous transitionnez avant tout pour vous rapprocher de vous-même. Si tout ce que votre transition vous apporte est de passer d’une pression sociale à une autre qui ne vous correspond pas plus, cela vaut-il bien le coup ?

Personnellement, j’ai la chance d’apprécier la féminité et je joue avec plaisir avec les codes du féminin, comme beaucoup de femmes. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde.

Dans de futurs articles, j’aborderai des astuces pour faciliter l’accès au passing.